Philosophie de travail

Ma philosophie de travail découle plutôt de ma philosophie de vie.
 
Tirer un bilan de chaque journée et ainsi avancer mieux chaque jour. Cela permet d'éviter les pièges de la routine et donne du piment à la vie.
 
Profiter à fond de chaque moment et être conscient de tout ce que l'on fait.
 
Biensûr parfois la route prend un virage mais après un virage il y a toujours une ligne droite et vice versa.
 
Ainsi tout évolue et cet art de fonctionner rend la découverte de l'existence passionnante.
 
C'est ainsi que mon chemin de vie a toujours été riche, très riche en évènements. Ils m'ont construite et formée. Une envie folle de croquer ma vie m'habite depuis toujours et encore plus depuis que je suis à Montricher.
 
En fait, ma politique a toujours été de prendre les problèmes à bras-le-corps et de leur trouver rapidement une solution. Effectivement, cela n'a pas toujours été facile mais la capacité à rebondir grandit chez tout un chacun au fur et à mesure jusqu'à devenir un engrais de vie.
 
Avec chaque problème, nous devons apprendre à réagir et ceci nous aide à gravir l'escalier de la vie marche après marche. Tous les jours nous devenons plus fort et plus autonome. Ainsi la vie nous sourit car nous l'acceptons de plus en plus sereinement. Cette évolution nous amène à croiser des personnes géniales qui elles aussi grandissent. Les relations s'épanouissent et deviennent ennivrantes. Il en est de même avec nos AMIS LES CHEVAUX à la seule différence près que eux il y a longtemps qu'ils ont évolué. Seule la parole leur manque mais leurs regards en disent long.
 
Pour ma part, je n'ai pas le droit d'iniquité. Chacun de mes AMIS à 4 pattes me rappellent à l'ordre et me demandent d'être au top à chaque instant.
 
Je dois donc apprendre à faire avec dès que mon corps me lâche. Prendre de l'âge m'oblige à freiner mes ardeurs. A être plus directe dans le travail avec les chevaux, à être de suite en connection et de les travailler le plus juste possible pour un DEVELOPPEMENT HARMONIEUX DE LEURS CORPS.
 

CGI/03.2015